Bernard Neuville

Bernard Neuville a exposé à la Salle du Grand Logis, avec Didier Gouet et Catherine Moreau. 

L'artiste accueille sur son site par un souhait de "Bienvenue" qui ne sera pas dévoyé.

Très vite, on se paie une promenade curieuse et acidulée parmi strates et taches de couleurs douces et subtiles, qui se succèdent, se relaient dans une organisation que l'on retient immédiatement comme "non fortuite" un cadeau initial et initiatique…

Quelques-uns parmi ses tableaux offrent la perspective d'une placidité statique et pénétrante, d'autres se détachent par un premier plan de verticalité (arbre – bâtiment) tel le signe de départ d'une ligne de fuite à relayer, traçant un chemin de délicatesse et d'ineffable charme.

On ressent une technique "ouvragée" méthodique et patiente, de même qu'un engouement fidèle pour la nature et ses éléments.

Des coulées de couleurs fugitives s'entremêlent ou se superposent selon le "sujet". La première impression demeure, le "rendu" reste lui aussi empreint de vérité et de constance, laissant l'illusion "d'être dans le décor"…

Les "paysages marins" inspirent. Certains laissent percevoir un ciel contrasté entre azur et ténèbres, en guise de prémonition ?

La rigueur de la technique du pastel ne permet guère les "reprises" ou retouches, on se plaît à penser que la main de l'artiste n'a, ni hésité, ni flanché…

La pointe de l'Abbaye du Mont Saint Michel, site que le pastelliste reprend en fondu à la manière d'un fidèle complice, conforte l'éventuelle transcendance symbolique et tranche avec les "beiges" ou "oranges" d'une palette opportune.

Un tableau plus "flouté" égrène des lieux familiers bordés d'écume, au-dessus desquels plane une menace d'averse grise, les arcades d'un pont suggèrent jardins et sous-bois, quelques bâtisses tutélaires évoquent une histoire. Que nous veut cette gentilhommière flamboyante qui surgit d'un trou de serrure ? Des agglomérats subtils soulignent notre virée poétique…

Bernard Neuville a régulièrement initié et consolidé sa pratique par des stages dont il apprécie l'émulation, les progrès qu'ils permettent, et la connaissance à toujours revisiter.

Il aimerait désormais s'ouvrir à d'autres orientations, le "figuratif" s'avérant le plus usité. Comme certains de ses compagnons artistes, cette tentative l'affranchirait quelque peu des conventions et permettrait un renouvellement motivant.

L'artiste atteste d'une maîtrise exacte et accomplie. Gageons qu'en la revisitant, il nous offrira encore son monde diaphane et de légèreté qui nous fait croire à une belle humanité et à l'harmonie.

Sa propre quête n'est point terminée…

Toutes ses créations sont sur : https://bernardneuvillepastels.jimdo.com/