Bernard Saunier, artiste peintre

   

Bernard s’adonne à l’art pictural avec ferveur et régularité depuis 2004. Une pratique assidue, l’usage de techniques appréhendées seul, ou éprouvées collectivement lui ont permis de fixer sur la toile, une justesse du trait, du détail qui signe  "en creux" sa vision propre, une universalité bienveillante.

Quiconque serait tenté de déclarer à l’artiste que ses œuvres diverses et "ouvragées"  ourlent une philosophie de l’existence positive, fidèle, se verra gratifié d’un sourire dubitatif, suivi d’une moue silencieuse et néanmoins attentive. Enclin à la discrétion, au recul, pourvu d’un égo maîtrisé, Bernard offre à voir, se fait pédagogue, mais laisse le spectateur libre de son voyage…

Les sujets ou objets de ses œuvres sont divers… mais une constante s’observe : la nature y sera souvent présente, ses bienfaits suggérés entre terre et ciel, tel un puissant leitmotiv.

Ses œuvres figuratives dépeignent lieux, sites ou gens, éclectiques, divers mais obstinément reliés. L'éclat, la vérité de sa palette magnifient "à l’envie" des paysages connus.

Épris de vérité, habité par la droiture, Bernard redoute  "excès et chimères", qui découlent de la précipitation et la fertilité… C’est son métier de menuisier qui a aiguisé son goût de l’exactitude et du détail, cette permanente quête d’abouti…

Assidu à son chevalet, Bernard déclare corriger, retoucher avec recul et obstination, jusqu’à l’évidence satisfaite… Il accorde de l’importance au chemin personnel qu’il s’est lui-même construit, parvenant à dire, sans fatuité aucune, qu’il progresse.

Ce parcours personnel s’opère dans un quotidien fidèlement ordonné. Capable de silence et d’intériorité, il allie, observation, contemplation et une probable méditation, qu’il qualifiera lui, de réflexion. Il rejoint alors les paysages et lieux qui ont sa faveur… Il choisit de peindre à partir de ses propres clichés,et de ceux de Cécile, sa lumineuse mais absente fille cadette, décédée de maladie dans la plénitude de ses 23 années… Elle exprimait des dons artistiques indéniables et  s'inspirait de cette pensée de Khalil Gibran :

"C'est dans la rosée des petites choses que le cœur trouve son matin et sa fraîcheur". La vaillance éclairée de  la jeune femme est devenue " précepte" … et vérité… la beauté et le bonheur dans la simplicité.

Bernard, l’artiste, écoute aussi et entend le conseil de ses  "pairs" … Certains lui suggèrent de s’essayer à des techniques nouvelles… Il pondère… il temporise… mais il entend…

Alors, pour ce qui est de promouvoir le monde des arts et de la peinture… il répond  "présent"… Il décline une même assiduité, fidélité pour tous les événements artistiques locaux et au-delà. Sa conviction est contagieuse…

Le Festival d’Artistes annuel de Rocheservière initié en 1995 lui doit, en partie, sa pérennité.