Dominique Amiaud, peintre

L’artiste, chaleureux dans l’accueil prodigué lors de la visite de ses œuvres, hésite en permanence entre enthousiasme et retenue dans ce qu’il donne à voir et qui correspond aux différentes étapes de son parcours.

Résolument autodidacte, Dominique affiche dans la diversité de sa production, une volonté de progresser et d’en savoir toujours plus… C’est Robert Maura, aquarelliste renommé « chantre régionaliste » des beaux pays de Loire et du Grand Ouest, qui créa à l’origine un "déclic résolument artistique" chez lui.

Mais déjà, son enfance de "fils d'instituteur" l'avait assidument incliné à s'essayer au dessin, au croquis, grâce aux crayons et papier fatalement présents et disponibles dans un tel environnement. Dominique affirme avoir ressenti une attraction immédiate pour l'aquarelle, bien qu'il se soit adonné en parallèle à la "peinture encaustique" mélange de cire d'abeilles et de pigments. Il précise à cet égard, que cette pratique ancestrale vouée désormais à une certaine "désuétude" fut employée près de 2 500 années pour l'enrichissement des sépultures anciennes.

Lui, a débuté comme bon nombre d'artistes, par le "Figuratif" et serait, à ce propos, enclin à juger ses premières œuvres avec sévérité ; arguant qu'elles furent indispensables néanmoins pour affiner un chemin qui le mène immanquablement vers" l'Abstrait".

Une quête de sens, s'est à priori substituée à l'initiale, davantage fondée sur l'esthétique et la stylistique. Le résultat est probant.