HAN, peintre

HAN

Voir son site Internet : Han - Artiste peintre

La rencontre avec cette artiste s'opère sans "apprêt" et conduit à un sentier d'exploration et de quête que les mots avec lesquels elle choisit de le narrer, portent avec une grande sobriété et justesse.

Elle se dit autodidacte, précisant que son environnement personnel, n'a, d'aucune manière même infime, contribué à l'amorce d'un parcours, mais elle n'érige pas pour autant ce dernier en mausolée…, dans la mesure où l'on pressent qu'il sera toujours présent et en mouvement.

Han suggère cette évidence, à savoir, que le "statut" d'Artiste se montre fort éloigné du "plan de carrière", même implicite, mais s'est plutôt imposé comme une seconde peau…

Une belle unanimité se fait lors d'une première découverte de ses œuvres d'une évidente, et mystérieuse densité. L'émotion se niche au centre de sa propre recherche, et rend cette dernière saisissante et palpable. La connivence s'instaure, bienfaisante et mitoyenne d'une sincérité tangible et objective.

On pressent alors (et elle le confirmera) l'attente "espérante" de l'auteur, d'offrir un espace qui tendrait à faire se rejoindre l'infini et l'humain, la délicatesse et l'audace, tel un effet de balancier, inclinant à ouvrir des visions diverses et à multiplier les "possibles".

Han partage avec le spectateur, le visiteur de son propre "univers" son envie d'investir l'espace, ainsi qu'un identique souhait de transformation de ce dernier, jusqu'à ce qu'il s'envole bien au-delà de la frontière du "visuel"

A l'intérieur de ses propres commentaires, l'artiste aligne des mots et images percutants apparemment voués à marteler une conviction lucide quant à sa place à elle… Face à l'œuvre en gestation, on se retrouve à la barre d'un bateau, exposé à des vents contraires, parfois antagonistes… l'épreuve peut devenir "joute" mais le sillage, lui, demeurera…

Si l'on veut poursuivre le propos, on ajoutera que parmi les propres paroles d'Han qui fusent, claquent et se heurtent parfois, la création artistique est une parabole et même "hyperbole" de la condition existentielle. La technique "mixte" prisée par Han, s'avère le corollaire de ce discours : Elle signe par ses diverses "rayures", "griffures" ses silhouettes ouvertes à la suggestion, une jonction ou fusion avec un fond laiteux propice à la traduction, l'invention, fonction de la palette qu'elle a envisagée.

Han superpose, enrichit, puis gratte… avec le dessein de retrouver une humanité indemne et plus "dépouillée" de superflu… Parfois, elle interroge le temps par l'introduction de petits éléments figuratifs..; toujours rejoints par des belles envolées abstraites.

Après une belle présence hexagonale… notre artiste est encline à tenter plus large parmi les manifestations auxquelles elle participe.

Han semble assumer une tension entre lucidité éclairée sur "l'œuvre", à savoir, les siennes et ses projets… Elle se plait à penser que sur la toile "les choses" s'arrangent d'elles-mêmes… "L'obstination" légitime et accompagne, son dessein se fait plus clair…

La posture dont elle fait preuve cautionne et garantit… la suite… Ne déclare-t-elle pas : « On trace sa route, comme on cherche le soleil… en clignant des yeux… »