Marion Bauchet

 Une création de Marion Bauchet, à la Villa des Indépendants. 

Grâce et optimisme émergent dès les premiers propos de la jeune artiste aux yeux "myosotis"…

Malgré son jeune âge (23… pardon 24, le lendemain de la rencontre…) elle va sans réserve, affirmer une posture de conviction "éclairée", quant à la place, le rôle de l'Art dans nos vies, et la société contemporaine…

Un parcours personnel favorisant sans doute, ouvert et constructif, une enfance à Nice "la belle du Sud", récemment meurtrie par la folie humaine, dans un environnement familial qu'elle décline "inspirant" et ouvert, une famille qui perçoit "le grand large" et ses flux vivifiants…

C'est sans doute avec cela, que cette famille bifurque vers l'Ouest et s'installe aux Sables d'Olonne, au bord de l'océan tumultueux.

Marion affiche précocement un goût et des dispositions pour le dessin et l'écriture, ce qui la destinera au terme d'un cursus scolaire général, à suivre l'Ecole des Beaux- Arts de Bordeaux. Elle aime intensément apprendre, mais aussi, prendre le recul nécessaire, pour rejoindre  "le sens", sorte de parcours philo-esthétique, qui lui permet de relier, genèse et déroulement des histoires, et les interpréter.

Face aux différents médiums qu'elle explore avec un égal intérêt (Marion aime "mettre les mains dedans"…) avec gourmandise et passion elle "ne s'interdit rien" recevant des siens, un encouragement tacite, une belle compréhension.

Sans exclusive donc, elle s'intéresse aux lettres pures, aux livres, à "la langue" qui décloisonne, le discours final opérant une synthèse des savoirs, toujours en éveil et revisitée.

Ces deux axes qui fermentent la culture permettent-ils la fluidité et créativité ? Elle en a le souci ; la question se doit d'être récurrente pour avancer, elle en a la conviction.

Parmi de tels propos positifs et bienfaisants, Marion se permet, mais ceci très calmement et avec humour de démonter "l'Art pompeux" qui clive ou exclut, car il est clair que la jeune femme est en quête d'universalité dans cette amorce d'un parcours artistique authentique… et durable… Marion semble déjà très au fait sur ce que cela requiert et entraîne…

Des expositions initiatiques à la Fac, sa pratique parallèle complémentaire de la photo, l'aident à découvrir et affirmer ensuite, qu'un parcours artistique authentique et durable doit faire la part belle à l'imaginaire, son renouvellement s'étoffe et sert de contre-point au fil de la pensée.

D'un ton "rieur" mais convaincu, elle ajoute que la quête de liberté décuple l'envie, celle de faire et de transmettre (comme elle a reçu…) et d'oser confronter, partager, démultiplier.

Sa clairvoyance est "rafraîchissante". Elle évoque "les envies des jeunes de sa génération", la nécessité d'oser, de se tracer un chemin, et complète en dénonçant "l'isolement, l'absence de connections" qui subsistent parfois dans la pratique artistique.

La jeune femme est encline à élaborer d'elle-même, une synthèse de cette pratique "Il faut se montrer" affirme-t-elle… Elle rêve aussi d'Amérique du Sud…Nous prendrons de ses nouvelles dès son retour !

Suivez ses actualités sur https://tehcuab.tumblr.com/