Priska Lorane

Priska Lorane et ses portraits, à l'Hôtel Porteau à Rocheservière, lors du 22ème Festival d'Artistes. 

Le substantif "vocation" n'est pas usurpé lorsqu'il s'agit du parcours de la jeune artiste, et l'on ressent en outre, à la visite de son site fort documenté, un profond désir de conviction partageuse et éclairante.

Originaire de la région parisienne, Priska est désormais fixée à Nantes. Elle sillonne les territoires, participe à de nombreux évènements artistiques, la Bretagne, la "province charentaise" (avec une prédilection fidèle pour l'Ile de Ré) sans oublier la Normandie.

Son parcours est académique, Priska a émargé aux étapes classiques et nécessaires d'apprentissage, d'expérimentation et en filigrane un mot de sept lettres "PASSION" doublé d'une évidente envie de pédagogie, émane de ses œuvres illustrant le propos, telle une évidence…

Son sujet de prédilection demeure néanmoins "la femme". Une galerie de portraits (gros plans ou plans de détails) illustrent son envie de cerner une identité référente, plutôt formelle mais fidèlement expressive telle un leitmotiv.

Les traits de ses visages altiers sont "marqués" par un dessin de vraisemblance précise, voire même d'exactitude. Eprise de verticalité, l'artiste leur confère une noblesse qui n'écrase pas. Beaucoup d'entre elles vivent par un grand format que Priska brandit, à l'occasion, comme un étendard.

Elle connote l'image féminine à un principe "la nécessité de rester debout" en lien avec des personnes de son paysage, de sa propre famille…

Les sciences humaines interfèrent… et croisent son inspiration, elle les assimile à "un chemin d'introspection renouvelé pour gagner de la force".

Priska met beaucoup d'énergie pour que le visiteur puisse se faire un chemin d'appropriation de ses œuvres… Pari gagné !

Un médium fidèle et éprouvé… dessin, peinture à l'huile sur fond acrylique, mais d'autres tentatives verront le jour, tant l'engouement transparaît… parmi de nécessaires questionnements sur le sens et derrière lui "le devenir".

On ne peut esquiver sa "palette". Des bleus diffus ou triomphants et éclatés (Le Dindon). Des sous-bois qui distillent ciel et mordoré, des oranges prometteurs d'aube.

L'univers de Priska s'avère un chemin de verticalité entre terre brune et azur, métaphore fille sur la vie humaine.

Priska a opté pour l'Art… mais est aussi diplômée en Biologie.

Entre Sciences et Art, elle a décidé du véritable moteur de sa vie…

Retrouvez-la sur http://www.priskalorane.com/