Stéphane Heuvelin, peintre

Stéphane est à double titre l'un des premiers acteurs du Festival d'Artistes de Rocheservière. Il déclare avoir toujours dessiné, peint, et annonce des origines hollandaises, pays qui suscite chez lui de l'attraction, et dans lequel il reçoit les " bonnes vibrations ".

Sa vie professionnelle commencera avec l'ébénisterie par laquelle il apprendra la maîtrise et la dextérité, nécessaires à terme, à l'accomplissement de l'artiste.

Ses propos sur la peinture, il les décline avec douceur et certitude tout à la fois : "La peinture est un objet en deux dimensions, réalisé avec trois couleurs primaires... Le conducteur, il vient naturellement ou bien, il faut aller le chercher, il s'imposera alors... Le travail d'inspiration est douloureux, la promenade va alors aider à libérer les tensions, mais aussi concrétiser les vibrations favorables...".

Il évoque "les constantes de la palette", explique son engouement pour les "dégradés, les fondus, à la condition qu'au final, cela ne brime ou n'annule pas l'objet". Il propose une illustration de ses principes par deux œuvres de sa collection personnelle : • Un visage de femme en demi profil, "Herminie", profond, racé, intemporel, qui poursuit le visiteur, et semble, lui, l'habiter. Il suggère Ingres... • Une autre toile, une nature morte, "mon métronome", explique t-il, une coupe de fruits, fidèle, réaliste dont les éléments supérieurs sont subtilement floutés, faisant cohabiter le clair et le sombre... le réel et le rêve, sans doute... "Une base régulière pour bien représenter ce que l'on a" affirme t-il.

D'autres considérations significatives d'une vraie rencontre : "Un peintre a le devoir de lier les choses avec cœur et finesse... Le transversal permet la réussite en profondeur" enrichies d'une première incontournable conviction : "il faut s'intéresser à ce qui nous intéresse".